Éteignez la télé, y a vraiment plus rien à voir… #boycottBFM

Vous ne regardez pas BFMTV ? Ayez une pensée pour les millions de téléspectateurs non avertis qui, loin du terrain, pensent s’informer en allumant leur poste…

C’est un article de Télérama qui tire la sonnette d’alarme : on les remercie, sans eux on serait passé à côté, car voilà bien longtemps que la petite lucarne a disparu du salon… Malheureusement, BFMTV compte encore des millions de téléspectateurs : n’hésitons surtout pas à leur faire une petite traduction des reportages qu’ils ont regardés le week-end dernier concernant la Marche pour le Climat parisienne.

« La manifestation pour le climat s’est déroulée de façon pacifique avec des policiers et des gendarmes qui ne sont pas intervenus parce que ces gens étaient pacifiques, paisibles. »
Lire : ils les ont seulement chargés dès le départ, au Luxembourg, avec des lacrymos et des grenades de désencerclement jetées sur une foule de familles et d’enfants. »

« Une famille avec un enfant dans une poussette qui se retrouve au milieu des gaz, témoigne un reporter, c’est difficile à gérer pour les forces de l’ordre. »
Traduire : il faudrait interdire aux familles de manifester pour pouvoir réprimer en toute tranquillité.

« Il n’y pas de violence des autorités. Quand il y a des excès, ce ne sont pas des violences policières, je m’oppose totalement à cette formule. »
Comprendre : des petites entorses à l’éthique, sans autre conséquences que de bénignes mutilations.

« L’État a le monopole de la violence légitime. Dès le moment où l’État est menacé… »
Par exemple, quand des gens manifestent pour le climat.

« S’ils veulent bloquer le pont, ils vont se mettre en danger. » « Avec la Seine en contrebas », note le présentateur. « Evidemment, on voit ce qui s’est passé à Nantes. Se mettre en danger, ce n’est pas une bonne initiative. »
Deviner : souvenez-vous de Steve, qui s’était mis en danger sur les bords de Loire. Il a bien cherché ce qui lui est arrivé.

Source : Grande manifestation en faveur du climat policier sur BFMTV .

Ne serait-ce donc pas le moment rêvé d’éteindre la télé, si ce n’est encore fait ?

Depuis le 20 septembre, les boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes sont en grève de la consommation pour montrer aux dirigeants leur refus de nourrir un système mortifère par leurs actes d’achat.

Pour apporter un signe visible à ces journées zéro conso, il est également proposé d’éteindre son poste de télévision en guise de contestation : au total, les programmes TV rassemblent 44,4 millions de personnes, et en 2017, les Français ont regardé la télévision en moyenne 3 heures 42 par jour.

Entre les injonctions à consommer des produits complètement déconnectés des enjeux climatiques qui sont les nôtres, les émissions débilisantes (entre la télé-réalité et Cyril Hanouna, nos hauts-le-coeur balancent), et les journaux télévisés anxiogènes, anglés de façon à nous conditionner, à nous faire craindre l’autre, et à nous replier sur nous-mêmes, couper la télé ne devrait pas nous faire de mal…

______________________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Le boycott citoyen, une arme pacifiste de désobéissance civile

Les marches pour le climat, les grèves scolaires et étudiantes le vendredi, la pétition “L’Affaire du siècle” signée par plus de deux millions de personnes… Et après ?

C’est la raison pour laquelle, depuis quelques mois, le terme de « désobéissance civile » fait son apparition comme moyen d’action complémentaire. L’automne dernier déjà, The Guardian relayait l’appel de centaines de citoyens britanniques à la désobéissance civile, prêts à aller en prison au nom de la lutte pour notre survie, face à l’inertie de nos dirigeants. Même l’ONU appelle la société civile à réclamer « des comptes » aux dirigeants de la planète…. Et pour cause : 60% des animaux sauvages ont disparu en 44 ans, alors peut-être bien qu’il est encore temps, mais il est surtout plus que temps.
La bonne nouvelle ? La désobéissance civile n’implique pas nécessairement des actes de violence : elle peut tout simplement être une réponse pacifiste et néanmoins très déterminée de citoyens avertis et engagés, face à des projets inadaptés de dirigeants incapables de prendre en compte les enjeux essentiels auxquels l’humanité est aujourd’hui confrontée.

D’Extinction Rebellion à Il Est Encore Temps, les appels à la désobéissance civile fleurissent

Alors que le Boycott Citoyen séduit de plus en plus de monde de par son caractère à la fois actif et pacifique, Extinction Rebellion a quant à lui fait de la désobéissance civile le coeur de son action, défendant la mise en place d’actions plus radicales mais non-violentes, comme des blocages. « Quand l’Etat abandonne délibérément sa responsabilité de protéger ses citoyen·ne·s, il rompt lui-même le contrat social. La révolte devient alors notre droit le plus sacré, et notre devoir le plus indispensable », proclame la déclaration de «rébellion contre l’anéantissement du vivant». « Il y a urgence, notre survie sur Terre est menacée », annonce la déclaration. « Nous ne sommes pas dupes des discours qui visent à nous rendre tous également coupables de la catastrophe. Dans ce monde 70% des gaz à effet de serre émanent de 100 entreprises », dit le texte, qui poursuit: « Nous n’avons plus confiance en la capacité ni la volonté de ce gouvernement ou d’un autre de prendre, sans une forte pression populaire, les mesures que la situation rend nécessaires ». Du côté des grands organisateurs des marches aussi, la désobéissance civile fait son chemin. Le 19 avril dernier, Il est encore Temps, Greenpeace, Les Amis de la Terre, ANV COP21 et Action Climat organisaient ainsi une grande action de désobéissance civile non-violente : « Ensemble, bloquons la République des pollueurs ! »

Du 20 au 27 septembre, zéro conso !

Alors que le Secrétaire général de l’ONU António Guterres a convié les dirigeants du monde, notamment des gouvernements, de la finance, du milieu des affaires et de la société civile, au Sommet Action Climat qui se tiendra le 23 septembre 2019, les associations, collectifs et mouvements citoyens continuent à appeler à l’action et à la désobéissance civile.

Pour accompagner le mouvement, le Boycott Citoyen invite tous ses boycotteurs et boycotteuses citoyennes à une grève massive de la consommation. Pas de retrait bancaire, aucun achat, boycott des grands groupes irresponsables… Du 20 au 27 septembre, le Boycott Citoyen propose d’envoyer un signal fort aux dirigeants. Notre message : les citoyens sont aussi des consommateurs qui ont le choix des armes pour se faire entendre de façon pacifique face à l’inaction de leurs dirigeants.

Le principe de ces journées zéro conso : ne pas dépenser un centime, ne pas retirer d’argent, être les consommateurs les plus inexistants qu’il soit possible d’être, pour montrer à nos dirigeants que nous refusons de nourrir un système mortifère par nos actes d’achat.

Révoltons-nous. Comme ces Ariégeois, simples agriculteurs qui ont décidé de porter plainte contre le glyphosate quand ils ont réalisé qu’ils en avaient dans leur urine, insurgeons-nous. Comme ces Néerlandais qui ont porté plainte contre leur pays avec l’ONG Urgenda pour inaction climatique (et qui ont gagné), battons-nous. Nous sommes fatigués de trier consciencieusement nos suremballages en plastique et les 89 milliards de litres d’eau en bouteille engloutis chaque année nous font mal à la tête rien que d’y penser ? Boycottons NestléDanoneCoca-Cola, et McDonald’s. Et boycottons le plastique à usage unique, définitivement, irrémédiablement, du 20 au 27 septembre et pour toujours. Ne nous laissons pas dicter nos lois par des multinationales sans scrupule, et montrons à nos dirigeants que s’ils n’écoutent pas leurs citoyens, ils ne pourront plus compter sur leurs consommateurs.

Pour apporter un signe visible à ces journées zéro conso, et en guise de protestation vis-à-vis de la pollution lumineuse, mais aussi pour montrer que le nécessaire changement de paradigme implique de vrais efforts, que nous sommes prêts à engager, le Boycott Citoyen propose aux participants de ne pas allumer leurs lumières chez eux. Nous vous proposons également d’éteindre votre poste de télévision en guise de contestation.

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Climat : trouvez la grève la plus proche de chez vous !

Face à l’inaction climatique et à l’injustice sociale, de nombreux citoyens ont décidé de manifester leur inquiétude et leur mécontentement … Les 20 et 21 septembre prochains, les citoyens vont se faire entendre de façon pacifique pour exhorter leurs dirigeants à l’action.

Vous souhaitez organiser un grève, un événement au travail, une marche dans votre ville, un débat climat ?  Rendez-vous par ici :
https://fr.globalclimatestrike.net/

Vous souhaitez participer à la grève de la consommation pour le climat et la justice sociale ? C’est par là !

Vous souhaitez rejoindre un événement ? Cliquez sur la carte :

#GrevePourLeClimat #Climat #JusticeSociale #MobilisationGénérale

La désobéissance civile en toute légalité : mode d’emploi

C’est la rentrée du dernier espoir : après un an de mobilisation, et alors que tous les signaux sont au rouge, nos dirigeants doivent sortir de l’inaction. Mode d’emploi.

L’heure est grave : notre système économique et politique moribond mène l’humanité à la catastrophe dans l’indifférence la plus totale. Notre planète se déglingue : la mort des coraux met en péril le quart des poissons de nos océans, et une chaîne alimentaire fragile dont nous dépendons, 80% des insectes européens ont disparu en 30 ans, entraînant la disparition de nos oiseaux, nous avons perdu 60% des populations d’animaux sauvages en 60 ans… Nous sommes les prochains sur la liste.

Sourds aux alertes climatiques, soucieux de préserver leurs privilèges, nos dirigeants maintiennent par tous les moyens un système économique et politique moribond. Spéculation financière irresponsable et paradis fiscaux pour les banques, optimisation fiscale et arrangements juridiques pour les multinationales. Dans ce système, les inégalités sont plus que criantes : aujourd’hui, 26 personnes possèdent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

La désobéissance civile, cela peut être complètement pacifique. Et complètement efficace.

1/ Manifestons, pacifiques et déterminés

Certes, voilà un an que les manifestations pour le climat et pour la justice sociale se succèdent, mois après mois, dans une indifférence générale apparente. Néanmoins, n’oublions pas de regarder le verre à moitié plein : les marches ont fait émerger de nombreux mouvements citoyens. Les citoyens rejoignent massivement les rangs des militants. Il y a un an, Extinction Rebellion était encore à l’état embryonnaire, le Boycott Citoyen venait d’être créé, et le mouvement Youth for Climate n’existait même pas. Presque personne n’avait encore entendu parler de Greta Thunberg. Aujourd’hui, L’ONU elle-même appelle la société civile à réclamer « des comptes » aux dirigeants de la planète, et même le pape a appelé à faire pression sur les dirigeants pour agir « avant qu’il ne soit trop tard »… Comme quoi, ça sert, de faire entendre notre inquiétude.
=> Les 20 et 21 septembre, participez aux marches pacifiques pour le climat et la justice sociale

2/ Faisons la grève de la consommation

Nos dirigeants nous considèrent comme des consommateurs qui permettent à ce système injuste et mortifère de perdurer ? Soyons des consommateurs conscients, et arrêtons de nourrir le système. Boycottons les entreprises qui abusent des pratiques fiscales irresponsables, refusons la surconsommation, et privilégions des achats en accord avec nos valeurs et nos besoins.
=> Du 20 au 27 septembre, participez à la grève des consommateurs organisée par le Boycott Citoyen

3/ Utilisons notre liberté d’expression

Nous sommes assaillis par des publicités qui, du matin au soir, dans l’espace public, chez nous, partout, nous abreuvent d’injonctions à consommer. Rétorquons en incitant les passants à se mobiliser, sans passer par la case illégalité : une craie suffit pour écrire un message sur un trottoir, et ce n’est pas interdit par la loi. Prenons ce droit, et utilisons-le sans modération.
=> Dès maintenant, achète-toi une craie, garde-la dans ta poche, et appelle la population à se mobiliser la semaine du 20 septembre

4/ Faisons preuve d’imagination

Ecrire « En panne » sur un bout de papier, et le scotcher sur un distributeur de billets ou une machine Selecta, ça prend deux minutes, ça coûte 10 cents, et ça fait un bien fou…

 

 

Quand Naturalia se fait livrer par Amazon, on boycotte les deux…

#boycottcitoyen

Pour en savoir plus :
Boycott d’Amazon, hier, aujourd’hui et à jamais
Se passer d’Amazon, mode d’emploi

 

Clients de BNP Paribas, et si vous changiez de banque ?

A l’heure où le GIEC appelle les Etats à des « transformations sans précédent » pour tenter de limiter le réchauffement climatique, les banques financent allègrement des activités très coûteuses pour l’environnement, tout en clamant leur engagement pour la transition énergétique. En 2015, un lycéen l’avait déjà très bien expliqué lors d’un petit concours financé par BNP Paribas, en mouchant la banque au passage. Et le directeur d’Amazon Watch vient de le marteler :

« Il faut réclamer des comptes aux établissements bancaires qui accordent des financements aux sociétés qui importent du soja, de la viande, du bois exploités illégalement en Amazonie. BNP Paribas en fait partie. »

La spéculation financière grâce à nos dépôts

Nous le savons : grâce à nos dépôts d’argent, les banques ont accès à des ressources qu’elles utilisent pour faire des profits. Certes, il existe des lois pour protéger les clients, comme par exemple la réserve fractionnaire, que la banque est tenue de conserver auprès de la banque centrale… Mais elle ne représente que 1% pour la plupart des dépôts.
Bref, la banque investit, et potentiellement, votre argent peut servir pour un prêt à une entreprise pétrolière ou agroalimentaire que vous honnissez… Par exemple, de nombreuses banques occidentales continuent d’investir massivement dans le trading de matières premières. BNP-Paribas est ainsi très présente auprès des quatre géants des matières premières – ADM, Bunge, Cargill, Louis Dreyfus – qui approvisionnent notamment l’Europe en soja brésilien. Cargill et Bunge ont été sanctionnés par l’Ibama en avril 2018 pour s’être fournis en soja auprès d’exploitations pourtant placées sous embargo, après avoir détruit des zones de biodiversité protégées. BNP-Paribas est l’une des banques qui investit le plus dans Cargill, avec la banque états-unienne JP Morgan et la britannique Barclays.

Les paradis fiscaux en toute impunité

Si cela ne suffisait pas à nous dégoûter, l’ONG Oxfam en rajoute dans son rapport « Banques en exil : comment les grandes banques européennes profitent des paradis fiscaux »: les vingt plus grandes banques européennes déclarent un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux. Les cinq plus grandes banques françaises – BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel-CIC et Société Générale – ont ainsi déclaré 5,5 milliards d’euros de bénéfices dans les paradis fiscaux. Quatre d’entre elles sont notamment présentes aux Iles Caïmans, où elles ont réalisé… 174 millions d’euros de bénéfices bien qu’elles n’y emploient personne.

Des frais bancaires indécents

Selon 60 millions de consommateurs, un client standard verse en moyenne chaque année 34 € de frais liés à un solde débiteur. Et pour le consommateur en difficulté, c’est presque dix fois plus : 296 € en moyenne… Et lorsqu’un paiement se présente sur un compte dont le découvert va être dépassé, la banque l’honore, car elle y gagne gros : elle prélève des agios proches de l’usure, et surtout une commission d’intervention de 8 € censée rémunérer l’analyse de la situation par le conseiller. Or cette commission est… automatique ! Au bout de dix commissions, le plafond légal est atteint, et la banque passe aux rejets des paiements… Au final, l’ensemble des frais liés aux incidents de fonctionnement représenteraient 30 à 35 % du chiffre d’affaires des banques de détail, soit 6,5 milliards de chiffre d’affaires chaque année. Le résultat net est estimé à… 4,9 milliards !

BNP Paribas, un menu à boycotter

BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel-CIC, Société Générale, Natixis… Elles sont nombreuses, les banques irresponsables. Alors pourquoi BNP Paribas ? Si elle finance indirectement l’exploitation illégale en Amazonie, elle bloque aussi la sortie européenne du charbon… Comme le rappelle une enquête des Amis de la Terre, BNP Paribas continue d’accorder son soutien aux entreprises les plus agressives dans le développement du charbon, et cela même en Europe. Depuis la COP21, la banque a ainsi financé à hauteur de près de 600 millions de dollars les entreprises qui développent des centrales à charbon sur le vieux continent.

Changeons massivement de banque !

S’il n’y a peu de banques à peu près éthiques, elles ont le mérite d’exister :

  • La NEF : cette coopérative financière offre des solutions d’épargne et de crédit orientées vers des projets ayant une utilité sociale, écologique et/ou culturelle. D’après les Amis de la Terre et le cabinet de conseil Utopies, la Nef est l’établissement qui émet le moins de gaz à effet de serre par euro investi parmi toutes les banques françaises. Le plus ? Vous choisissez vous-même l’orientation de votre épargne parmi 4 secteurs (agriculture biologique ou bio-dynamique, développement social et solidaire, formation art et culture, écologie et environnement). Enfin, cerise sur le gâteau, vous pouvez faire don de tout ou partie de vos intérêts à une association partenaire de la Nef, incluant entre autre Amnesty International, Colibris ou encore Zero Waste France.
  • Le Crédit Coopératif : il dispose d’une offre « L’Essentiel Agir », qui propose d’affecter les sommes déposées sur le compte au financement de projets à plus-value sociale et environnementale. Le Crédit Coopératif vous laisse également la possibilité de choisir le domaine d’action que vous souhaitez soutenir : la planète, une société plus juste (aides aux personnes fragiles ou en situation de précarité), ou entreprendre autrement (coopératives, insertion professionnelle, commerce équitable), ou même ces trois à la fois. De plus, chaque fois que vous utilisez votre CB Agir, le Crédit Coopératif verse un don d’au moins 6 centimes d’euro à une association partenaire de votre choix.
  • La Banque Postale : elle constitue une banque atypique dans le paysage des “grandes banques” françaises : elle ne dispose pas à proprement parler d’une branche de financement et d’investissement typique des autres grands groupes (Crédit Agricole CIB, SG – CIB, BNP Paribas, CM-CIB, Natixis). Et en 2011, si elle se dote d’une branche de financement des entreprises et des professionnels, celle-ci est en effet limitée aux PME et TPE. Vous voulez vous faire votre propre opinion ? Rendez-vous sur le site de la Fédération Européenne des Finances et Banques Ethiques et Alternatives (FEBEA), ou sur le site Finance Responsable : créé par les Amis de la Terre, il a réalisé une étude très poussée des 9 grandes banques françaises, selon plusieurs critères : environnement, climat, transparence, paradis fiscaux. 

    Pour en savoir plus :

    La Carotte Masquée
    Monsieur Mondialisation
    Bastamag
    La Tribune
    Agoravox
    60 millions de consommateurs
    Oxfam
    Les Amis de la Terre

    _____________________

    Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
    Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
    Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

    ______________________________________

    Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Manger de la viande industrielle ou avoir un avenir : il faut choisir

« L’élevage bovin extensif est le principal facteur de déforestation de l’Amazonie. Un peu plus de 65% des terres déboisées en Amazonie sont aujourd’hui occupées par des pâturages »

Romulo Batista, chercheur chez Greenpeace.

Puisqu’il est quasi impossible de tracer l’origine d’un steak surgelé… Arrêtons tout simplement d’en acheter. Mangeons moins de viande, et achetons-la uniquement auprès de producteurs responsables. Mission impossible ? Certainement pas : changer de paradigme exige certes quelques modifications dans nos habitudes, notamment alimentaires. Mais ne pas changer de paradigme, c’est accepter de voir s’éteindre, les unes après les autres, toutes les espèces qui rendent la vie de l’homme possible sur cette terre.

#boycottforAmazonia

Pour en savoir plus :
Boycott Citoyen : L’Amazonie dans nos assiettes : boycottons la viande industrielle
Reporterre : la dépendance française au soja n’est pas une fatalité et Pour un boycott des produits brésiliens qui détruisent l’Amazonie
Libération : l’avenir de l’Amazonie se joue dans nos assiettes

L’Amazonie dans nos assiettes : boycottons la viande industrielle

Pour nourrir notre bétail, les coopératives françaises importent du soja produit au Brésil et issu de la déforestation. Pour sauver l’Amazonie tant qu’il est encore temps, et parce que la traçabilité de nos steaks est complexe, boycottons la viande industrielle.

L’Europe importe 33 millions de tonnes de soja chaque année, dont 87% sont destinées à l’alimentation animale. En France, les importations se situent entre 3,5 et 4,2 millions de tonnes de soja annuelles. 61% de ce soja vient tout droit du Brésil, estimait en juin dernier un rapport de Greenpeace sur le sujet. La France et l’Union européenne ont donc une responsabilité dans la déforestation, et donc dans les incendies qui ravagent l’Amazonie.

Le reboisement est un leurre

La réponse de nos dirigeants ? Replanter des arbres. Or « planter des arbres ne peut devenir un alibi pour continuer à détruire les forêts de façon irresponsable et nous éloigner de l’enjeu principal et incontournable : la lutte contre la déforestation », rappellent l’association all4trees et le collectif On est prêt dans Libération. De plus, comme le rappelle Yann Laurans, directeur du programme Biodiversité à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), «on ne peut pas reboiser à très grande échelle sans faire de dégâts sur l’écosystème». Et nous ne pouvons pas non plus planter n’importe quelle espèce, n’importe où et n’importe comment, au risque d’être contre-productifs…

La traçabilité de la viande industrielle est complexe

Alors que faire ? Changer nos comportements, tout simplement. Car l’avenir de l’Amazonie se joue principalement au niveau de notre consommation.
Or faire le distinguo entre un steak « éthique » et un steak irresponsable est un véritable casse-tête. Prenons le géant mondial de la viande, le brésilien JBS, par exemple : une enquête menée conjointement par le site brésilien Reporter Brasil et le quotidien britannique The Guardian montre qu’il a acheté du bétail à des éleveurs et entreprises condamnés pour déforestation illégale. Or JBS est l’un des plus gros producteurs de viandes au monde (3,2 milliards d’euros de bénéfices en 2018, 230 000 employés dans le monde). Très implanté aux États-Unis ou en Australie, là où le bœuf boosté aux hormones est autorisé, JBS possède en Europe quelques sites d’élevage de volailles et quelques usines de transformation, dont une en France. Sa filiale, Moy Park Beef Orléans, y produit des steaks hachés, notamment pour McDonald’s. « Près d’un steak haché surgelé sur cinq élaboré en France sort aujourd’hui de son site de Fleury-les-Aubrais » en périphérie d’Orléans, a analysé Moy Park.

Nos choix de consommation dictent notre avenir

Le collectif citoyen Gilets verts propose la solution suivante : le code-barre des produits fabriqués au Brésil commençant par 7.89 ou 7.90, chacun peut s’informer sur la provenance de la viande, notamment bovine et de volailles, des plats cuisinés à base de viande et sur la provenance de l’alimentation des animaux.

Nous irons plus loin : puisqu’il est quasi impossible de tracer l’origine d’un steak surgelé… Arrêtons tout simplement d’en acheter. Mangeons moins de viande, et achetons-la uniquement auprès de producteurs responsables. Mission impossible ? Certainement pas : changer de paradigme exige certes quelques modifications dans nos habitudes, notamment alimentaires. Mais ne pas changer de paradigme, c’est accepter de voir s’éteindre, les unes après les autres, toutes les espèces qui rendent la vie de l’homme possible sur cette terre.

#boycottforAmazonia

Sources :

Reporterre : la dépendance française au soja n’est pas une fatalité et Pour un boycott des produits brésiliens qui détruisent l’Amazonie
Libération : l’avenir de l’Amazonie se joue dans nos assiettes

_____________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Consommateurs en grève : mode d’emploi

Du 20 au 27 septembre 2019, pour une justice climatique et sociale, zéro conso, zéro compromis.
1/ Pénalisons les groupes irresponsables, pas les travailleurs :
Préparons des affichettes « En panne », et posons-les sur les distributeurs Sélecta, sur les distributeurs de banques, sur les pompes à essence… Place à l’intelligence et à l’imagination !
2/ Pénalisons les grandes surfaces, pas les petites commerces :
4/ Refusons le plastique à usage unique qu’on nous sert le matin, le midi et le soir comme s’il n’allait pas finir dans l’estomac des poissons, et faisons de nos tupperwares et de nos couverts en inox des outils militants.
5/ Boycottons Amazon, Starbucks, et tous les groupes qui pratiquent l’optimisation fiscale et refusent de payer justement leurs impôts
6/ Imprimez et diffusez au maximum l’affichette ci-dessous
en grève NB copie

_____________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !