Quand des Ariégeois portent plainte contre le glyphosate

Vous boycottez déjà Monsanto ? Vous avez bien raison !

L’an dernier, Jean-Claude Terlet, un céréalier de l’Aisne, se décidait à poursuivre Monsanto. Après avoir épandu plus de 700 litres de Roundup sur ses champs en 35 ans, il juge la firme coupable de son cancer de la prostate. En cause, selon lui ? Les 0,25 milligramme de glyphosate par litre qui sont détectés dans ses urines.

Cette année, le collectif Campagne Glyphosate a décidé de passer à la vitesse supérieure sur le sujet. Ce collectif, qui dénonce la fabrication et l’utilisation des pesticides ainsi que les instances européennes et françaises qui les ont autorisés, a décidé d’organiser des analyses d’urines afin de détecter la présence de glyphosate chez des habitants de l’Ariège. Les résultats ? Ils sont effrayants : en moyenne, la concentration en glyphosate est quinze fois supérieure au taux maximal autorisé dans l’eau potable.

Dominique Masset, à l’origine de ce collectif et interviewé sur Europe 1, a pris peur en recevant ses propres résultats. Avec son mode de vie, il se pensait plutôt à l’abri du glyphosate et pourtant. « Mon résultat décoiffe. J’étais à 3,35 nanogrammes par millilitre, c’est-à-dire 33,5 fois la dose autorisée dans l’eau potable. Je suis écolo, je mange bio, je ne fume pas, je suis végétarien, je vis dans une petit ville d’Ariège donc je fais partie de ceux qui se posent des questions », confie-t-il. Il en tire la conclusion que l’on « ne peut pas s’en protéger ». « On en respire, il en pleut. Aujourd’hui, on sait que c’est généralisé, qu’il y en a partout, tout le temps. Que l’on habite à la montagne, en forêt, on en a tous. » 

7 premières plaintes, étayées par des analyses d’urines contaminées par cet herbicide le plus commun, avaient déjà été déposées en juin, visant la « mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteinte à l’environnement ». Le parquet de Foix avait décidé de s’en dessaisir au profit du Pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Paris (TGI). Aujourd’hui, ce sont 53 nouveaux dossiers que les militants du collectif vont déposer  devant le TGI de Foix, sur la base d’analyses réalisées début octobre. Ils envisagent de déposer ainsi une centaine de dossiers par mois « d’ici la fin de l’année », a indiqué Dominique Masset à un journaliste de l’AFP.

Vous aussi, vous voulez agir ? Rejoignez le mouvement, nous sommes plus de 25.000 à vouloir donner plus de poids à nos décisions de consommateurs, et à nos convictions de citoyens… Chaque jour, Boycott Citoyen ajoute une marque à la liste noire des produits dont nous ne voulons plus, au nom de notre avenir. Pour participer à la magie des réseaux sociaux, c’est par ici !

Cible numéro 7 : Monsanto

Si vous ne le saviez pas encore, vous le deviniez sans doute : la quasi totalité des marques appartient en réalité à une dizaine de grands groupes industriels (pour avoir l’image en grand c’est par ici).

convergence-alimentaire

Si vous ne le saviez pas, vous le deviniez sans doute : la quasi totalité de cette dizaine de grands groupes industriels utilise des produits Monsanto (pour avoir la liste détaillée c’est par ici)

monsanto-2

Si vous ne le saviez pas, vous le deviniez sans doute : Monsanto, c’est pire que le plus pire de tous, puisque c’est le géant de l’agro-alimentaire qui a réussi la prouesse de cumuler la commercialisation, au fil des années et sans le moindre scrupule, de mille et un poisons pour le vivant dans sa globalité, comme par exemple :

  • Le PCB, un polluant chimique très dangereux appelé « polluant organique persistant », car il résiste aux dégradations biologiques naturelles et s’accumule dans les tissus vivants, tout au long de la chaîne alimentaire. Il a été prouvé que Monsanto connaissait sa toxicité bien avant d’arrêter de le commercialiser.
  • l’agent orange, qui a intoxiqué quelques 4,5 millions de Vietnamiens et 270 000 vétérans pendant la guerre du Vietnam. Là encore, Monsanto s’est défossé.
  • les OGM
  • Le Round Up, vendu comme un désherbant qui « laisse le sol propre » tout en étant « biodégradable » et « bon pour l’environnement ». Il contient en fait du glyphosate et sa toxicité n’est plus à prouver (pour une piqûre de rappel, voir l’excellent documentaire de Marie-Dominique Robin sur le sujet).
  • Les semences OGM, dont Monsanto a lancé la commercialisation sans autorisation
  • Le Posilac, une hormone de croissance bovine dangereuse pour les vaches

Le Lasso, un herbicide toxique pour les agriculteurs…Tous ces machins atroces qu’on dirait tout droit sorti d’un cerveau maléfique, c’est tout droit sorti du cerveau maléfique de Monsanto, et c’est expliqué partout et notamment . Et systématiquement, Monsanto a refusé d’admettre ses responsabilités : en mettant en place une campagne de dénigrement visant un toxicologue, en interférant auprès des organismes de réglementation, en tentant d’influencer la communauté scientifique… Globalement, en utilisant toutes les techniques possibles et imaginables révélatrices d’une mauvaise foi caractérisée et d’un irrespect profond pour autrui.
Pour ceux qui trouvent que ça fait assez de lecture comme ça merci , il y a aussi cette vidéo qui explique tout très bien en trois minutes.

Bref, lire un article sur Monsanto, ça vous tue un matin, surtout quand on se rappelle qu’il a été racheté par Bayer, un autre groupe tout aussi monstrueux.. Cela fera l’objet d’un autre matin, il ne faut pas exagérer. A présent, vous allez pouvoir vous faire plaisir. Faites-vous le plaisir de regarder à nouveau l’image ci-dessus et d’imprimer sur votre rétine les différents produits qui s’y trouvent, c’est un bon test de mémoire visuelle, une sorte de Mini Memory en plus utile. Et ce soir, quand vous ferez des courses, faites votre marché : “je prendrai pas de riz Uncle Ben’s, ni de Tropicana, ni de soupe Knorr”, ou bien “ni Fanta, ni ketchup Heinz, ni céréales Frosties”, ou alors “pas de Miel Pop’s, ni de Pringles, ni de Coca-Cola dans mon caddie”, il y a le choix, vous faites votre combo comme vous voulez, c’est ça qui est bien. D’autant que cet exercice de mémoire dispose d’un double effet kiss cool : si vous jouez le jeu, de même que tous les lecteurs de cet article, de même que leurs familles respectives, de même que vos collègues de bureau que vous ne manquez pas, matinalement, de harceler avec votre érudition, hé bien cela s’appellera de l’engagement collectif. Et l’engagement collectif, cela fait peur aux groupes tels que Monsanto, qui comptent sur la bienveillance/tolérance/inertie des Etats et la paresse intellectuelle/fatigue/inertie des gens.

Rejoignez le mouvement, nous sommes plus de 25.000 à vouloir donner plus de poids à nos décisions de consommateurs, et à nos convictions de citoyens… Chaque jour, Boycott Citoyen ajoute une marque à la liste noire des produits dont nous ne voulons plus, au nom de notre avenir. Pour participer à la magie des réseaux sociaux, c’est par ici !

Ne leur laissons pas le choix sur le glyphosate

Une semaine après la marche pour le climat, tout juste pile poil, l’Assemblée Nationale ne rougit pas de sauter à pieds joints dans le glyphosate : son interdiction ne sera pas inscrite dans la loi.

Pourtant, cet herbicide introduit par Monsanto dans les années 70 est très néfaste pour la biodiversité puisqu’il détruit toutes les plantes présentes dans un champ, qu’il pollue les eaux, et qu’il provoque des anomalies au niveau des spermatozoïdes et une baisse de la fertilité des animaux. Et pour les hommes ? L’Agence internationale pour la recherche sur le cancer (IARC) a publié en mars 2015 un rapport classant le glyphosate comme « cause probable de cancer chez l’homme »

Malheureusement, c’est l’un des herbicides les plus répandus rien qu’en France, on en utilise chaque année plus de 10 000 tonnes, essentiellement dans l’agriculture. On en retrouve même lors de prélèvements d’urine et de lait maternel sur des personnes vivant en ville, et n’ayant eu a priori aucun contact direct avec cette substance.

Apparemment, ce n’est pas un problème pour nos dirigeants… A croire qu’ils n’ont pas d’enfants à protéger, pas de cerveau pour se projeter, pas de conscience pour se responsabiliser.

On les y oblige ? Boycottons les fruits et légumes produits de façon industriels et vendus en grande surface. Dès les 1er octobre, privons les dirigeants et les lobbies de leurs consommateurs, pour les obliger à nous écouter en tant que citoyens.

Rendez-vous sur l’événement Facebook pour vous tenir informés des alternatives, nous sommes déjà plus de 8000 !

1486547645_05926135608f681dfa8e39639f03a5c5