Grève pour le climat : rejoignez la mobilisation !

Demain, le 24 mai, la jeunesse organise sa deuxième grève pour le climat, et appelle à une manifestation inter-générationnelle.

Les multinationales entravent toute action climatique ambitieuse ? Le lobby du patronat minimise les efforts environnementaux ? Les groupes agro-alimentaires continuent à déforester à tout va ? L’ONU nous prévient que nous n’avons plus que deux ans pour réagir avant une menace existentielle ? Toutes ces infos nous alertent, nous révoltent et nous attristent ? Les jeunes aussi. Face à l’inaction de leurs aînés, Voilà plusieurs mois qu’ils ont décidé de prendre les choses en main.

Le 15 mars dernier, presque 2 millions de jeunes ont ainsi fait grève pour le climat aux quatre coins du monde. 198 000 manifestants en France selon les organisateurs, 150 000 rien qu’à Montréal, 50 000 au Royaume-Uni, autant qu’en Australie, 30 000 à Bruxelles, l’une des villes qui a vu naître le mouvement… La mobilisation était au rendez-vous. Le point commun de tous ces jeunes ? Ce sont des surfeurs nés du web, qui maîtrisent les réseaux comme personne. Et si les « adultes » sont dans un déni sociétal phénoménal, eux ne le sont pas. Ils voient leur monde couler, ils ont la fougue de la jeunesse, et l’énergie du désespoir.

Nos générations « No Future » n’ont qu’à bien se tenir, la vraie génération « No Future » entre en scène, et elle n’a vraiment rien à perdre… Elle a même tout intérêt à tirer son épingle du jeu, parce que son épingle du jeu, c’est la vie.

 

Et pourtant : face à leur colère, à leur désespoir, aucune réponse. Ou plutôt, des réponses qui laissent à désirer : le 15 mars, jour du premier soulèvement de la jeunesse pour le climat et l’environnement, les député-e-s français reportaient ainsi de 3 ans encore l’interdiction de produire certains pesticides dangereux.

Alors, demain, ils recommenceront. « Que serait notre impact si nous pouvions mobiliser non seulement les écoles mais tous les secteurs de l’économie ? C’est au programme de cette seconde grève mondiale ! », peut-on lire sur l’événement facebook dédié. Et en effet, le mot d’ordre, pour cette deuxième événement, est de rallier au mouvement toutes les autres générations. « Nous voulons un mouvement inter-générationnel », confirme Julie.

« La plupart d’entre nous n’avons pas l’âge requis pour voter. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin du soutien des autres générations » Julie, de Youth For Climate France

Très sensible aux questions environnementales depuis toute petite, la jeune femme de 18 ans oeuvre depuis le mois de février dans le mouvement Youth For Climate. « En m’impliquant avec YFC, j’ai enfin trouvé le moyen d’agir, même sans avoir 20 ans, même sans avoir de compétences particulières, s’enthousiasme-t-elle. Et je crois que nous sommes nombreux à partager cette envie profonde de changer la donne malgré notre jeune âge. Le problème, c’est que la plupart d’entre nous n’avons pas l’âge requis pour voter. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin du soutien des autres générations ». Et d’ajouter : « les élections européennes se tiennent juste après cette journée de grève pour le climat, et nous espérons qu’ensemble, nous parviendrons à convaincre le plus grand nombre de voter pour que nous ayons un avenir ».

Et effectivement, c’est précisément là, à ce point exact, que tout peut basculer. Les générations au-dessus peuvent s’intéresser au mouvement, le critiquer ou s’émouvoir, en profiter pour échanger de vieilles photos de mai 68, analyser la montée de la crise sociale, sociétale, et vaquer à ses occupations. Ou elles peuvent se rallier à cette jeunesse abasourdie, soutenir son ascension, saluer sa détermination, lui prêter main forte.

« Pour que cette journée ait un véritable retentissement, il serait précieux que les syndicats déposent des pré-avis de grève, et que les organisations appellent à rejoindre la mobilisation de la jeunesse ». Benjamin Lemesle, chargé de mobilisation Climat à Greenpeace France

Les associations et mouvements climatiques ont entendu l’appel : les uns après les autres, ils se sont joints à la lame de fond pour participer à donner de l’ampleur à la voix de la jeunesse le 15 mars.
Et ils comptent bien renouveler leur soutien le 24 mai, à l’image de Greenpeace. « L’idée n’est pas de nous immiscer dans la construction du mouvement, d’autant que les jeunes ont besoin de trouver leur propre voie d’expression, mais plutôt de soutenir leur dynamique, explique Benjamin Lemesle, chargé de mobilisation Climat à Greenpeace France. Pour que cette journée ait un véritable retentissement, il serait précieux que les syndicats déposent des pré-avis de grève, et que les organisations appellent à rejoindre la mobilisation de la jeunesse ». Et pour cause : « nous assistons à un tournant dans la mobilisation, analyse-t-il. Il y a une volonté palpable d’aller plus loin contre l’inaction politique, par exemple de plus en plus de citoyens sont prêts à désobéir pour que les lois changent. Le 19 avril, l’opération « Bloquons la République des pollueurs » a mobilisé plus de 2000 personnes qui n’avaient, pour la plupart, jamais participé à des événements de désobéissance civile. Aujourd’hui, nous encourageons les syndicats à rejoindre les jeunes en grève pour défendre un autre modèle de société, un modèle durable qui respecte la planète et ses habitants ».

Vos enfants veulent eux aussi être acteurs du changement pour participer à rendre leur avenir possible ? Parlez-leur de Greta Thunberg et des rassemblements organisés demain. C’est peut-être eux les super héros qui nous sortiront de ce pétrin.

Cliquez sur la carte pour trouver la mobilisation la plus proche de chez vous :

Capture d’écran 2019-05-23 à 11.00.54

Vous êtes sur Facebook ? Rejoignez la mobilisation dans une ville proche de chez vous :

Rouen : https://www.facebook.com/events/405168646985374/
Laval : https://www.facebook.com/events/415945142314761/
Toulouse : https://www.facebook.com/events/508174983042916/
Saint-Quentin : https://www.facebook.com/events/987479688122431/
Clermont : https://www.facebook.com/events/1236869479803318/
Soissons : https://www.facebook.com/events/2190956040996579/
Tours : https://www.facebook.com/events/2033026973665854/
Bordeaux : https://www.facebook.com/events/384342419073460/
Nantes : https://www.facebook.com/events/423466611779538/
Paris : https://www.facebook.com/events/1001111526755948/
Lyon : https://www.facebook.com/events/2109388792505187/
Lille : https://www.facebook.com/events/415082789302642/
Grenoble : https://www.facebook.com/events/2344135562577625/
Saint-Malo : https://www.facebook.com/events/402587820292723/
Dijon : https://www.facebook.com/events/279573979426342/
Nancy : https://www.facebook.com/events/2328115827208996/
Strasbourg : https://www.facebook.com/events/402867400504612/
Épinal :
https://www.facebook.com/events/2143884725688241
Montpellier:
https://www.facebook.com/events/1214393465401309/?ti=icl
Saint-Etienne https://www.facebook.com/events/591215188052921/

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Vendredi, grève de la jeunesse pour le climat : trouvez le rassemblement le plus proche de chez vous !

Vendredi 15  mars, la jeunesse du monde entier sera dans la rue pour dire son inquiétude face à l’inaction climatique.

Vous voulez trouver le rassemblement le plus proche de chez vous ? C’est par ici.
Vous initiez un événement  vendredi et vous voulez l’ajouter à la carte des manifestations ? C’est par ici
Vous voulez aider vos enfants écoliers à participer à l’intérieur de leur établissement ? C’est par là.
Vous êtes enseignant et vous souhaitez vous mobiliser avec vos élèves ? Par ici le kit pour vous aider dans la préparation de cette journée historique.

Capture d’écran 2019-03-11 à 11.16.08

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

15 mars : la jeunesse dans les starting blocks

Youth for Climate organise le vendredi 15 mars une grève à l’échelle mondiale pour exiger la fin de l’inaction climatique. L’invitation à y participer est publiée sur Facebook, et les mouvements climatiques se rallient à l’événement.

« Pourquoi devrions-nous étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus, alors que personne ne fait rien pour le sauver ? » : telle est la difficile  et pertinente question posée par Greta Thunberg, devenue l’icône d’une jeunesse en perdition dans des projections impossibles.
La génération « No Future » – la vraie, l’unique, si l’on y réfléchit bien – a entendu son message. Le 18 janvier, ils défilaient par milliers en Allemagne et en Suisse, exigeant de leur gouvernement des mesures dignes de ce nom. La veille, 12.500 jeunes s’étaient fait entendre à Bruxelles autour du même message. Une semaine plus tard, le 24 janvier, leur nombre avait doublé. En janvier, ce sont plus de 150000 étudiants qui ont déclenché des grèves dans plus de 270 villes aux quatre coins du monde. Et en quelques semaines, la riposte de la génération « No Future » face à l’inertie des dirigeants s’est organisée.

Youth For Climate France : une dizaine de villes participantes

Youth For Climate (YFC) fait partie de ces mouvements qui ont poussé comme des champignons ces dernières semaines. Phénomène international, les marches « Youth For Climate » sont de plus en plus suivies en Europe, de la Scandinavie à la Suisse, en passant par les Pays-Bas, l’Allemagne, la Belgique ou la Grande-Bretagne. Répondant à l’appel de Greta, qui a invité la jeunesse du monde à faire grève pour le climat lors d’une mobilisation sans frontières le 15 mars prochain, le mouvement Youth For Climate France est dans les starting-blocks. Surfeurs nés du web, maîtrisant les réseaux comme personne, ils ont rallié une dizaine de villes françaises autour de la grève mondiale pour le climat, baptisée « Global Strike for Future ». « Les jeunes prennent conscience de l’urgence climatique et des réels responsables de l’inaction face à celle-ci, rappelle Romaric, 23 ans, du groupe de coordination de YFC. La détermination des jeunes n’ira qu’en s’amplifiant si des actes forts ne sont pas pris pour remplacer des discours vides et des tentatives de greenwashing »

Rassembler autour d’une seule priorité : l’urgence climatique

Leurs valeurs ? Elles gravitent autour de la non-violence, mais aussi de cette détermination qui découle directement de la conscience aiguë du besoin d’agir. Farouchement indépendants, apartisans, ces jeunes ont décidé de prendre leur avenir en main, faute de pouvoir compter sur leurs dirigeants pour le faire à leur place. Loin des clivages et des dissensions classiques dans les revendications associatives, Youth For Climate, conscient de l’enjeu, se veut rassembleur : éducation populaire, désobéissance civile, mobilisations ponctuelles… Tous les niveaux d’engagement sont encouragés, dans la mesure où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice d’un avenir à préserver, en fonction de son âge et de sa liberté d’action. Organiser un rassemblement, participer à une marche, discuter avec ses amis de l’urgence climatique, porter un brassard en allant en cours pour afficher son soutien, improviser un sit-in dans la cour du collège… Tout est encouragé, tout est permis, tout est possible.

Le soutien des mouvements climatiques

Les ONG et mouvements citoyens qui s’organisent eux aussi depuis la marche du 8 septembre dernier ne s’y sont pas trompés. Nombreux sont ceux qui ont décidé de travailler main dans la main avec Youth For Climate, pour participer à donner de l’ampleur à la voix de la jeunesse. « Tout le mouvement climat se réjouit que la jeunesse s’organise pour montrer son engagement et sa détermination à lutter contre le dérèglement climatique », confirme Florent Compain, président des Amis de la Terre France.
Fort de leur soutien, le mouvement Youth For Climate travaille à l’élaboration d’une interface rassemblant la sphère écologique et la sphère étudiante, et qui permettra de faire le lien entre les mouvements internationaux, nationaux et locaux. Au programme : un réseau qui permettra à tous les collégiens, lycéens et étudiants de s’impliquer à son niveau, et un outil de structuration des mobilisations, mettant à disposition des tutoriels et des informations pour faciliter leur organisation.

Le 15 mars, la génération No Future entre en scène

La vague qui se présente est exceptionnelle, si ce n’est inédite. La mobilisation qui s’annonce veut affirmer l’importance du rôle des collégiens et des lycéens dans notre civilisation en déclin : ils sont l’avenir de nos sociétés, et l’avenir de notre planète est leur avenir. L’éducation comme moyen d’émancipation est aussi interrogée. Comment concilier le besoin de penser et d’agir ? Les grèves scolaires, par leur singularité, ne seraient-elles pas un levier pour la prise de conscience globale qui s’avère nécessaire ? Au-delà de l’éducation au développement durable, une partie de la jeunesse semble avoir trouvé sa propre action pour protester et mettre les gouvernants face à leurs responsabilités… Rendez-vous le 15 mars pour prendre le pouls de cette jeunesse qui a toutes les raisons du monde d’être révoltée.

Vous aussi, vous voulez vous investir ?
Pour en savoir plus sur Youth For Climate France, c’est par ici
Pour en savoir plus sur les mobilisations du 15 mars en France, c’est par là

 

 

Climat : la génération « No Future » passe à l’action

Nos générations n’ont qu’à bien se tenir, la vraie génération « No Future » entre en scène, et elle n’a vraiment rien à perdre…

Les multinationales entravent toute action climatique ambitieuse ? Le lobby du patronat minimise les efforts environnementaux ? Les groupes agro-alimentaires continuent à déforester à tout va ? L’ONU nous prévient que nous n’avons plus que deux ans pour réagir avant une menace existentielle ? Toutes ces infos nous alertent, nous révoltent et nous attristent ? Les jeunes aussi. Face à l’inaction de leurs aînés, ils ont décidé de prendre les choses en main.

Greta Thunberg, la figure de proue

Greta Thunberg a été la première. La jeune suédoise de 15 ans a commencé à aller manifester à Stockholm, toute seule, devant le Parlement de son pays, au lieu d’aller en cours. Elle s’y est rendue pendant trois semaines avant les élections de septembre 2018, pour demander au Premier ministre de se conformer à l’Accord de Paris. Puis elle a décidé de renouveler son action chaque vendredi, en twittant avec le hashtag #ClimateStrike. Elle a fait une intervention remarquée lors de la COP 24. Et puis, il y a quelques jours, elle s’est rendue en train à Davos.

La jeunesse s’organise

« Si quelques enfants à travers le monde peuvent faire la Une en ne fréquentant pas l’école, imaginez ce que nous pourrions faire ensemble si nous le voulons vraiment. » Voilà ce que Greta Thunberg a déclaré lors du sommet international sur le climat en Pologne. Et les jeunes ont commencé à s’organiser. Pendant que les adultes échangeaient des photos de chatons et des Instagram de déjeuners parfaits, pendant que les grands de ce monde discutaient économie verte entre deux jets privés, et tergiversaient sur des pailles en plastique, les jeunes sont passés à l’action. Partie de Suède à la rentrée, la mobilisation a essaimé en Australie, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse, et puis en Belgique, au Canada, aux Etats-Unis, en Irlande, au Royaume-Uni… Le mois dernier, plus de 150000 étudiants déclenchaient des grèves dans plus de 270 villes aux quatre coins du monde. En Belgique, la mobilisation a rassemblé quelques 35.000 lycéens et étudiants sous l’étendard « Youth for Climate ».

Le 15 mars, jour de grève pour la génération « No Future »

La France aussi se réveille : dès le 15 février, les étudiant.e.s et lycéen.ne.s réuni.e.s ont choisi de se mettre en grève avec Désobéissance Ecolo Paris . Chaque début de semaine, les jeunes présenteront au gouvernement une mesure à mettre en oeuvre immédiatement pour empêcher la continuation du désastre écologique. Si rien n’est fait, une action de désobéissance sera menée chaque vendredi. Leçon n°1 : cette semaine, il est demandé au gouvernement de déclarer l’état d’urgence écologique et sociale, et de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour respecter les accords de Paris . Le 15 mars prochain, c’est Youth for Climate France qui appelle les collégiens, les lycéens et étudiants à faire une Grève pour le Climat, à la veille des Marches pour le Climat organisées le samedi 16 mars sur tout le territoire. Plus de 30 villes sont prêtes à organiser une manifestation.
A Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Troyes, Nancy, Caen, Annecy, Rouen, et aux quatre coins de la France, les jeunes s’apprêtent à prendre la relève, sidérés de l’inaction de leurs aînés. Ils ont un certain nombre de cartes en main : surfeurs nés du web, ils maîtrisent les réseaux comme personne. Et si les « adultes » sont dans un déni sociétal phénoménal, eux ne le sont pas. Ils voient leur monde couler, ils ont la fougue de la jeunesse, et l’énergie du désespoir. Nos générations « No Future » n’ont qu’à bien se tenir, la vraie génération « No Future » entre en scène, et elle n’a vraiment rien à perdre… Elle a même tout intérêt à tirer son épingle du jeu, parce que son épingle du jeu c’est la vie.

L’union fait la force contre l’inaction climatique

Et c’est précisément là, à ce point exact, que tout peut basculer. Les générations au-dessus peuvent s’intéresser au mouvement, le critiquer ou s’émouvoir, en profiter pour échanger de vieilles photos de mai 68, analyser la montée de la crise sociale, sociétale, et vaquer à ses occupations. Ou elles peuvent se rallier à cette jeunesse abasourdie, soutenir son ascension, saluer sa détermination, lui prêter main forte. La bonne nouvelle ? Les mouvements climatiques, les uns après les autres, se joignent à la lame de fond pour participer à donner de l’ampleur à la voix de la jeunesse. « Tout le mouvement climat se réjouit que la jeunesse s’organise pour montrer son engagement et sa détermination à lutter contre le dérèglement climatique », confirme Florent Compain, président des Amis de la Terre France.
Vos enfants veulent eux aussi être acteurs du changement pour participer à rendre leur avenir possible ? Parlez-leur de Greta Thunberg et des rassemblements organisés le 15 mars. C’est peut-être eux les super héros qui nous sortiront de ce pétrin.