La vérité sur le Black Friday ? 2% de rabais en moyenne…

Avez-vous vu passer la campagne de publicité de C-Discount lors du Black Friday il y a deux ans ? Des panneaux 4 par 4 affichaient une Playstation 4 (à – 20%) avec une accroche efficace : «Votre fils n’a que deux ans et demi… mais vous pourrez vous entraîner en attendant». La signature ? «N’économisez pas votre plaisir.»

Nous sommes en 2019, tous les voyants du climat sont au rouge, depuis le 29 juillet l’humanité vit à crédit, on nous regarde de travers si on ne trie pas nos pots de yaourts, et, dans le même temps, on nous incite clairement à acheter des produits dont on n’a pas besoin… C’est même sensé être drôle. Bienvenue dans la schizophrénie ambiante qui atteint des sommets en cette période de pré-noël, et dont le Mont Everest sera assurément, cette année encore, le Black Friday.

Au départ, le Black Friday était la date à laquelle les commerces américains sortaient du rouge et devenaient rentables. Mais c’est évidemment oublié depuis longtemps : aujourd’hui, c’est devenu ce jour où les consommateurs assoiffés de promos s’insultent, se piétinent et se battent pour un téléviseur ou une robe sous le regard hilare de gens dont le seul réflexe, au lieu de sortir immédiatement d’une telle folie, est de sortir leur i-phone pour immortaliser le moment. C’est surtout devenu le jour le plus profitable de l’année pour les marques : l’an dernier, les Américains ont ainsi dépensé 6,22 milliards de dollars sur le net, selon des données fournies par Adobe Analytics, qui piste les transactions réalisées sur 80 des 100 plus gros e-commerçants des US, comme Amazon et Walmart.

On pourrait regarder cela de loin et se gausser tranquillement de l’autre côté de l’Atlantique. Mais horreur, le concept a débarqué en France en 2010. Et si ça n’a pas très bien pris au départ, les mentalités évoluent beaucoup plus vite sur ce genre d’événements que sur la cause des femmes ou le réchauffement climatique, au hasard : avec un panier moyen de 94 euros et une augmentation des dépenses de 71% par rapport à 2017, l’édition 2018 du Black Friday a été une réussite en France, selon le cabinet d’analyse HiPay

Comment vous convaincre de faire partie des 52 % ? Voyons voir…

Des gains colossaux pour les grandes enseignes, des rabais réels de 2% pour les consommateurs

Réfléchissons déjà à combien ça fait en chiffres. C’est très simple, et ça a plein de zéros derrière : le Black Friday 2018 a généré 50 millions de transactions bancaires en France, selon le Groupement d’intérêt économique (GIE) des cartes bancaires. De leur côté, les Américains ont battu un nouveau record en 2018 avec une dépense de 6,22 milliards de dollars sur Internet, soit un gain de 23,6% par rapport à 2017.

Le coup de maître des grandes enseignes de distribution ? C’est de nous faire croire que ce Black Friday est une aubaine pour nous, consommateurs, dans la mesure où nous allons faire des affaires formidables. Sauf que NON, en fait : selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les promotions du Black Friday ne font bénéficier les clients que de 2% de rabais en moyenne. C’est très simple, et ça n’a pas de zéro derrière.

En revanche, l’année précédente, ce sont 1400 commandes par minute qui se sont succédées sur le site Amazon (celui-là même qu’on a décidé de boycotter), soit 1.4 millions de produits vendus, permettant à l’entreprise de réaliser la journée la plus active de son histoire. Et ça nous fait une belle jambe, n’est-ce pas ?

Alors de grâce, ne cédons pas aux sirènes de la surconsommation. Le Black Friday ne va pas vous permettre de faire des économies. Il ne va pas vous aider à trouver un vélo moins cher pour votre petit dernier. Il va juste vous pousser à acheter une console de jeux dont vous n’avez pas besoin. Et il va permettre aux grandes enseignes de faire toujours plus de bénéfice en se fichant royalement de nous, des 25 millions de personnes victimes de travail forcé, et de notre planète.

La résistance s’organise

En 2017, Emery Jacquillat, PDG de la Camif, avait invité à boycotter le black friday. Il avait même décidé de « ne rien vendre ce jour-là » : le site de l’entreprise spécialiste de la vente à distance de mobilier était tout bonnement fermé. Et Emery Jacquillat d’expliquer : “ce dernier vendredi de novembre est une nouvelle illustration d’une surconsommation absurde, qui accélère l’épuisement des ressources de notre planète en appauvrissant des consommateurs déjà gavés de produits superflus, fabriqués à l’autre bout de la planète par des travailleurs trop souvent exploités”.

Il faut croire qu’il a montré la voix : du 29 novembre au 2 décembre, le «Black Friday» déferle en France. Mais 200 marques ont annoncé qu’elles ne participeraient pas à l’opération, pour des motifs écologiques. Et une tribune signée par des dizaines de personnalités vient d’être publiée pour appeler à ne pas suivre la journée commerciale du vendredi 29 novembre.

Vous êtes d’accord ? Rejoignez le mouvement : en lien avec nombre d’associations pour la justice climatique sociale, le Boycott Citoyen co-organise des actions de boycott des grandes enseignes, des actions de désobéissance civile et la 4ème grève mondiale pour le Climat le 29 novembre prochain, jour du Black Friday. Vous voulez aller plus loin ? Participez à une campagne de décrédibilisation du Black Friday sur les réseaux sociaux : inscrivez-vous en envoyant un mail à boycott.citoyen@lilo.org !

______________________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques néfastes (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.). 
Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir. Le Boycott Citoyen a également organisé 10 jours de résistance contre le plastique qui ont mobilisé des dizaines de milliers de personnes dans plus 40 villes en France en mai 2019. 
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

 

Le Boycott Citoyen appelle à soutenir la rébellion avec un boycott à la conso

Les marches ne suffisent plus ? Plus tard ce sera trop tard ? Le Boycott Citoyen soutient les actions pacifistes d’Extinction Rebellion en lançant un boycott des groupes irresponsables, et une grève totale des supermarchés pendant la durée de la Rébellion. 

Extinction Rebellion a déclaré la Rébellion internationale pour le vivant, et contre les systèmes qui le détruisent !
En tant que consommateurs et consommatrices, nous pouvons apporter notre contribution et soutenir le mouvement par nos actes d’achat : le Boycott Citoyen, qui organise des journées sans achat depuis le mois d’octobre 2018, et qui  boycotte les supermarchés, soutient l’initiative et vous donne quelques astuces pour relever le défi.

Deux semaines après l’appel plein de colère de Greta Thunberg aux dirigeants de la planète à l’ONU, Extinction Rebellion, mouvement né en 2018 au Royaume-Uni qui prône la désobéissance civile, a promis de passer à l’action dans les capitales du monde entier, en menant des actions d’abord en Nouvelle-Zélande et en Australie, puis en Europe.

Une rébellion que nous pouvons soutenir par nos choix de consommation : selon une étude de l’ONG Oxfam publiée l’été dernier, « Derrière le code-barre, des inégalités en chaîne », la grande distribution mondiale utilise sa phénoménale puissance d’achat pour réduire les prix et faire pression sur les agriculteurs et producteurs… qui gagnent toujours moins depuis 20 ans, en France et dans le monde.

Résultat : les 8 premières grandes surfaces du monde cotées en bourse ont réalisé 1 000 milliards de dollars de ventes en 2016 et près de 22 milliards de bénéfices. « Au lieu de réinvestir dans leurs fournisseurs, elles ont reversé la même année plus de 15 milliards de dollars de dividendes à leurs actionnaires« , indique l’étude. En France, le géant Carrefour a ainsi réalisé 894 millions d’euros de bénéfices en 2016 et reversé 510 millions d’euros de dividendes. « Si l’entreprise n’avait reversé ne serait-ce que 1 % de ce montant aux ouvriers vietnamiens dans le secteur de la transformation de la crevette, plus de 14 200 d’entre eux auraient pu accéder à un revenu vital« , explique Oxfam. Et ce n’est pas tout : la puissance d’achat du secteur, qui fait baisser continuellement les prix, exacerbe aussi les risques de violations des droits de l’homme et des droits du travail… Précarisation sans limite, enfants au travail et harcèlement sont légion dans le secteur agricole et alimentaire, résume l’ONG.

Deuxième temps : réagir en tant que consommateur

Evidemment, en tant que consommateurs, nous nourrissons le système en nous rendant dans les supermarchés. A chaque fois que l’on remplit son caddie dans une grande surface, on cautionne indirectement des pratiques injustes et dangereuses pour notre avenir. La bonne nouvelle ? On peut faire ses course autrement. Depuis une dizaine d’années, les agriculteurs, ruinés et épuisés par des méthodes agricoles conventionnelles mortifères, se lancent dans les circuits courts. L’idée de génie : se passer des moultes intermédiaires qui se servent des marges plus que conséquentes, au détriment des producteurs et des consommateurs, et recréer du lien entre ceux qui cultivent et ceux qui dégustent.

Premier mouvement : la vente à la ferme

Qui dit circuits courts dit vente à la ferme, où les agriculteurs vous proposent la production de leur exploitation : vente directe de légumes et de fruits, de viande, de fromages, de vins, de miel, de confitures… Non seulement vous profitez de la fraîcheur, de la qualité, et de la traçabilité des produits, mais vous pouvez échanger avec le producteur si vous avez des questions, et même visiter sa ferme ! Les réseaux nationaux sont nombreux, : il y a les désormais bien connues AMAP, mais aussi Bienvenue à la ferme, ou encore Acheter à la source. Et puis il y a aussi Chapeau de paille, un groupement de producteurs de fleurs, fruits et légumes qui ouvrent leurs potagers aux consommateurs : on peut y cueillir jusqu’à 15 produits différents. Les réseaux locaux se multiplient eux aussi. Quelques exemples ? La binée paysanne qui opère en Côte d’Armor : on commande les produits souhaités sur le site et on les récupère le vendredi au dépôt-vente le plus près de chez soi. A Grenoble, La Charrette Bio, une camionnette livre en différents point de la ville les produits bio commandés la semaine précédente… Et il y en a mille autres !

Deuxième mouvement : la vente livrée chez vous par la ferme

Si vous avez du mal à vous déplacer, vous pouvez aussi vous faire livrer directement les produits de la ferme chez vous. Là aussi, il y a l’embarras du choix au niveau national. On peut directement se faire livrer des assortiments de fruits et légumes, comme par exemple avec Mon Panier Bio. Mais il existe aussi de nombreuses formules sans abonnement et sans panier imposé : Le panier paysan, par exemple, est un site de livraison à domicile, en entreprises ou en point relais de viandes, légumes, fromages, produits laitiers, à la carte ou au panier. Créé à l’origine en Provence, il fédère aujourd’hui 12 initiatives dans toute la France : Var, Drôme, Ardèche, Loire, Ain, Auvergne, Franche-Comté… LocavorLes Amis de la fermeLa Ferme du bio, Les Colis du boucher sont également des solutions à découvrir. Il y a également Les jardins de Cocagne, qui allient insertion et vente de paniers dans 110 jardins sur l’ensemble du territoire français, et, pour les amateurs de poissons durables, Poiscaille, le site de circuits courts de produits de la mer, des poissons et crustacés livrés en direct du pêcheur dans toute la France.

Chaque région développe aussi ses propres circuits. En dresser une liste exhaustive relève de la mission impossible, mais citons notamment Ecomiam qui met en relation producteurs et consommateurs de viande congelée et fraîche en Bretagne, Pays de la Loire, Haute et Basse Normandie.

Troisième mouvement : les magasins de proximité

Se passer des supermarchés, cela donne aussi l’occasion de se renseigner sur les alternatives responsables à côté de chez soi… Et elles poussent comme des champignons, ces temps-ci ! Jetez donc un œil sur cette carte qui vous indique les adresses des épiceries de vrac dans toute la France, et surtout, prenez le temps de vous balader, de discuter avec vos voisins : les petits commerçants font de réels efforts pour se fournir en produits sains auprès de producteurs locaux… Soutenons-les en leur rendant visite !

Les boycotteurs citoyens ont la parole : n’hésitez pas à indiquer en commentaire les alternatives que vous recommandez, et à aller découvrir les bons plans des autres sur Facebook !

______________________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Grève massive de la consommation : top départ et mode d’emploi

Puisque les pouvoirs publics et les lobbies n’ont que faire de nos Marches pour le climat et de notre inquiétude grandissante, et qu’ils nous le montrent bien, puisque nos dirigeants n’ont rien de plus urgent à faire que dépenser 500.000 euros pour rénover la salle des fêtes de l’Elysée, et oser le faire savoir sans rougir à l’heure où plus d’une personne sur cinq (21%) admet avoir du mal à se procurer une alimentation saine lui permettant de faire trois repas par jour… Du 20 au 27 septembre 2019, pour une justice climatique et sociale, zéro conso, zéro compromis.

Puisque ceux qui nous gouvernent nous ignorent en tant que citoyens, si nous les ignorions en tant que consommateurs ?
Pour voir.

Ne plus rester impuissants

Allez : à l’heure où l’ONU nous annonce que nous n’avons plus que deux ans pour réagir au changement climatique sous peine de « conséquences désastreuses », soutenons les manifestations pour le climat et la justice sociale, et laissons notre carte bleue et notre porte-monnaie à la maison. Et même si nous ne sommes que quelques centaines de milliers, même si cette grève des consommateurs ne devait avoir aucune conséquence immédiate sur le chiffre d’affaires de ces entreprises qui se foutent de l’humanité tout entière, n’achetons rien de rien. Ne serait-ce que pour le panache. Pour le refus de rester impuissant face aux enjeux colossaux qui nous attendent, minuscule face aux mastodontes de la surconsommation, silencieux face aux sirènes de la croissance à tout prix. Et puis aussi, parce qu’on aime Margaret Mead. Elle dit : « ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde. C’est même de cette façon que cela s’est toujours produit ».

Ne doutons pas. Aujourd’hui, avant de partir au travail, ayons un sourire au moment de nous préparer un sandwich, un tupperware avec les restes de ratatouille d’hier ou ce qui fera plaisir à nos papilles, au moment où n’irons pas nous chercher un truc sur-emballé dans une chaîne de boulangerie industrielle. Ayons un sourire au moment de dire non à un gobelet en plastique, à une paille en plastique, à des couverts en plastique, à un sac en plastique, à tous ces objets qui, c’est bien certain, finiront un jour ou l’autre en micro-particules dans l’océan et dans le ventre des poissons qui y vivent. Ayons le sourire au moment où nous ne retirerons pas d’argent. Parce que nous serons les consommateurs les plus inexistants qu’il soit possible d’être. Les plus silencieux. Les plus avares. Et les plus souriants…

Retrouver son pouvoir de consomm’acteur

Les petits commerçants ? Les boutiques éthiques ? Les magasins de vrac ? Les petits producteurs ? Le petit kiosque du quartier ? Le bistro du coin ? Ils ne perdront pas au change. L’idée n’est pas de les boycotter, bien au contraire : l’idée, c’est de les découvrir, ou de les re-découvrir. De profiter de cette semaine de mobilisation pour changer en profondeur nos modes de consommation, là où nous sommes encore un peu à la traîne (et nous sommes tous à la traîne sur certains comportements) !

C’est le moment ou jamais

C’est le moment de tester le vrac pour ceux qui vont encore à la supérette du coin.
C’est le moment de changer de banque pour ceux qui sont encore chez BNP Paribas ou la Société Générale
C’est le moment de boycotter Starbucks pour ceux qui ont l’habitude d’y prendre un muffin avant d’aller bosser
C’est le moment d’arrêter le Coca pour ceux qui sont encore accrocs
C’est le moment de dénicher les circuits courts qui nous permettront d’acheter des fruits et légumes locaux et en direct
C’est le moment de choisir un vélo pour ceux qui prennent la voiture pour de courts trajets
C’est le moment de convaincre nos proches encore habitués des grandes surfaces
C’est le moment de sensibiliser tous ceux qui ne se rendent pas compte, tous ceux qui n’y croient plus, tous ceux qui ne savent pas comment faire autrement

C’est le moment de reprendre possession de notre vrai pouvoir de consommateur. C’est le moment de priver nos dirigeants, les lobbies et les groupes industriels de leurs consommateurs.

Aujourd’hui, n’achetons rien.
Nada.

Non à notre hérésie contemporaine

Mettons-nous tranquillement dans les starting blocks… Entreprises responsables de déforestation, d’atteinte à la biodiversité, entreprises coupables d’exploiter des enfants de façon éhontée, de piller les ressources en eau et en minerais de pays moins développés, de pratiquer le suremballage sans le moindre scrupule, entreprises rejetant dans l’air et les océans des déchets toxiques, entreprises amatrices de paradis fiscaux, boulimiques d’énergies fossiles, ou plus soucieuses de leurs actionnaires que de leurs employés… Nous avons amplement le choix, et notre chargeur est plein. Les cartouches ? Elles sont pacifistes, elles sont non violentes, mais elles sont efficaces. Et nous saurons viser juste.
Parce qu’on ne veut plus être complices de cette hérésie contemporaine, laissons les suremballages dans les magasins lors de massives attaques au plastique systématiques (on a le droit, oui oui), et obligeons les grands distributeurs à prendre des mesure pour privilégier les producteurs responsables.

A vos marques ? Prêts ? Boycottez !

______________________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Du 20 au 27 septembre, pour soutenir les grèves climatiques, je coupe la télé

Pas de retrait bancaire, aucun achat auprès de grands groupes, extinction des lumières, mais aussi des écrans… Du 20 au 27 septembre, le Boycott Citoyen propose d’envoyer un signal fort aux dirigeants au moment des manifestations pour une justice sociale et climatique.

Du 20 au 27 septembre, les citoyens entreront en grève de la consommation pour montrer aux dirigeants leur refus de nourrir un système mortifère par leurs actes d’achat.

Pour apporter un signe visible à ces journées zéro conso, il est également proposé d’éteindre votre poste de télévision en guise de contestation : au total, les programmes TV rassemblent 44,4 millions de personnes, et en 2017, les Français ont regardé la télévision en moyenne 3 heures 42 par jour. Entre les injonctions à consommer des produits complètement déconnectés des enjeux climatiques qui sont les nôtres, les émissions débilisantes (entre la télé-réalité et Cyril Hanouna, nos hauts-le-coeur balancent), et les journaux télévisés anxiogènes, anglés de façon à nous conditionner, à nous faire craindre l’autre, et à nous replier sur nous-mêmes, couper la télé ne devrait pas nous faire de mal…

Les citoyens sont aussi des consommateurs qui ont le choix des armes pour se faire entendre de façon pacifique face à l’inaction de leurs dirigeants.

Prêts à faire de ces journées de grève climatique un moment-clé de contestation citoyenne et de désobéissance civile ? Rejoignez le mouvement !

_____________________

Depuis le mois d’octobre 2018, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

 

 

Blocage de la Défense, grève des consommateurs… Ce vendredi, on désobéit face à l’inaction de nos dirigeants !

Tous les signaux sont au rouge, et chaque jour amène son lot de mauvaises nouvelles pour notre avenir sur terre. 60% des animaux sauvages ont disparu en 44 ans, les scientifiques sonnent l’alerte sur les conséquences catastrophiques à venir du réchauffement climatique, la multiplication des catastrophes naturellesfaminesépidémies et conflits sont au programme des prochaines décennies, et la fonte du pergélisol s’avère une bombe climatique à retardement,

Alors, l’inquiétude nous gagne. Depuis septembre, le sentiment d’urgence climatique rassemble dans la rue une foule de plus en plus nombreuse. Samedi 16 mars, 350 000 personnes ont manifesté en France pour lutter contre le changement climatique, Ces citoyens « plus chauds que le climat » ont une fois de plus exhorté les dirigeants à l’action, avec un mouvement qui peut désormais se prévaloir d’une nouvelle force : la jeunesse, alors que la grève scolaire pour le climat a rassemblé 168 000 étudiants et lycéens dans le pays vendredi, et plus de 1 million dans le monde.

L’Etat est sourd ? Il faut hausser le ton

Mais face à l’urgence, nombreux sont ceux qui pensent que les marches et les grèves étudiantes ne suffisent plus. « Il faut hausser le ton. Le gouvernement est sourd car il est dans une alliance toxique avec les multinationales et les lobbys », dénonce Cécile Marchand, des Amis de la Terre. Et en effet : nos émissions de gaz à effet de serre augmentent depuis 2015 au lieu de diminuer ; nos objectifs d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables sont loin d’être respectés ; le gouvernement a autorisé Total à importer massivement de l’huile de palme, aggravant la « déforestation importée » ; les banques françaises investissent de plus en plus dans les énergies fossiles et de moins en moins dans les renouvelables…

Cet automne déjà, The Guardian relayait l’appel de centaines de citoyens britanniques à la désobéissance civile, prêts à aller en prison au nom de la lutte pour notre survie, face à l’inertie de nos dirigeants. L’ONU elle-même appelle la société civile à réclamer « des comptes » aux dirigeants de la planète. Les ONG sont dans les starting blocks. Aujourd’hui, 19 avril, elles ont décidé de bloquer la « République des pollueurs ». « Le gouvernement n’est pas influencé par les lobbys, il est lui-même composé de lobbyistes, explique Clément Sénéchal dans l’excellentissime Usbek et Rica. Emmanuel Macron est passé par la banque Rothschild, Edouard Philippe vient de chez Areva, Emmanuelle Wargon travaillait pour Danone, Brune Poirson chez Veolia… ». « On a besoin d’un changement radical de société, expliquait Cyril Dion après la dernière marche. Huit Français sur dix demandent qu’on taxe beaucoup plus lourdement les entreprises les plus polluantes. On est de plus en plus nombreux à être prêts » 

La plus grande action de désobéissance civile jamais organisée

Déjà, le 11 avril, l’annonce était faite dans une tribune sur le site francetvinfo.fr : « Nous sommes prêts à désobéir, massivement, pour nous opposer au partenariat destructeur qui unit grands patrons et dirigeants politiques. Puisque, sous couvert de légalité, ils sacrifient l’intérêt général, nous avons la légitimité pour bloquer la République des pollueurs ». Le texte est signé par 14 associations, dont les trois organisatrices de l’action et cinq partenaires de l’initiative (AEFJN, Bizi !, Extinction Rebellion, Il est encore temps et Zea). Aujourd’hui, l’opération « Bloquons la République des pollueurs » mobilisera plus d’un millier de personnes. En début de matinée, ils étaient plus de deux mille à empêcher l’accès à quatre bâtiments à la Défense : les tours de Total, d’EDF, des locaux du ministère de la transition écologique et solidaire, et de la Société générale. Le mot d’ordre : « Bloquons la République des pollueurs ». A 9 h 45, ils ont brandi certains des portraits d’Emmanuel Macron décrochés dans des mairies ces derniers mois par des militants d’ANV-COP21.

Une grève des consommateurs qui mobilise plusieurs dizaines de milliers de personnes

De son côté, le Boycott Citoyen organise une grève des consommateurs qui mobilisera plusieurs dizaines de milliers de personnes partout en France. Pas de retrait bancaire, aucun achat, boycott des grands groupes irresponsables… Du 19 au 22 avril, les consommateurs vont se faire entendre de façon pacifique face à l’inaction de leurs dirigeants.
Et les Boycotteurs et Boycotteuses citoyennes sont prêts. Voilà plus de 6 mois qu’ils ont entamé des boycotts au long cours des grands groupes irresponsables : Coca-ColaNestléAmazonMcDonald’s, mais aussi UnileverStarbucksH&M ou encore BNP Paribas, qui font partie de leurs cibles, sont d’ores et déjà sortis de leur vie. Ils ont mis en place des alternatives, ont montré qu’il était possible de consommer autrement, rappelant aux mastodontes qu’ils pouvaient et devaient opérer des changements stratégiques drastiques pour répondre à l’urgence climatique et sociale.

 

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

 

Monsanto bloqué ce matin : quand les Gilets Jaunes ciblent les groupes irresponsables, on dit bravo et merci !

Les Gilets Jaunes sont par définition un mouvement du peuple, dispersé, spontané, non hiérarchisé, non organisé. Dès lors, leurs actions touchent un peu à tout, condamnent, revendiquent et protestent, aussi largement qu’ils en ont ras-le-bol.

Et voilà que les Gilets Jaunes commencent la semaine en bloquant l’accès au site de la multinationale Monsanto, à Saint-Andiol. Aux côté des gilets jaunes, plusieurs collectifs et associations sont venus les rejoindre, comme Les faucheurs volontaires, Les amis de la terre, Foll’Avoine, La confédération paysanne, Les coquelicots, Les Opposants et ZEA.

Une décision à saluer : Monsanto, c’est tout de même le géant de l’agro-alimentaire qui a réussi la prouesse de cumuler la commercialisation, au fil des années et sans le moindre scrupule, de mille et un poisons pour le vivant dans sa globalité. Un géant qu’on boycotte depuis début octobre. Comme le dit Cyril Dion, la décision des Gilets Jaunes est une excellente nouvelle : « la bonne nouvelle, c’est que la cause de la destruction de l’environnement et du réchauffement et la cause des inégalités est la même : c’est un système qui cherche du profit, un maximum, le plus vite possible et qui concentre les richesses au sommet. On a besoin de transformer ce système et on a une chance historique de le faire ensemble. »

Ce n’est d’ailleurs pas une première : ces derniers mois, plusieurs initiatives de ce type ont été lancées : en décembre, les Gilets Jaunes avaient déjà pris position devant une autre usine Monsanto à Trèbes, dans l’Aude, bloquant l’accès à l’usine du géant des pesticides et empêchant les camions d’entrer et de sortir du site.

A Toulouse, ils avaient également bloqué les accès de l’agence de livraison du géant du e-commerce Amazon située dans le quartier Bordelongue, réclamant que le groupe américain paye ses impôts en France. Et là aussi, on dit bravo : cible que l’on boycotte depuis début novembre, et qu’on a largement condamné lors du Black Friday.

Plus récemment, des Gilets jaunes s’étaient associés aux Amis de la Terre et à ANV-COP21 pour cibler la Société Générale. La Société Générale que nous boycottons également : charbon, sables bitumineux, gaz de schiste, forages en Arctique et en eaux profondes, Société Générale est la première banque française à financer les énergies sales… Elle soutient notamment le développement du terminal d’exportation de gaz de schiste Rio Grande LNG et du gazoduc Rio Bravo Pipeline au Texas, qui contribueraient à émettre autant que 44 centrales à charbon, et menacent les conditions de vie des communautés locales et des peuples autochtones.
Et puis dernièrement, les Gilets Jaunes avaient pris Primark pour cible. Qui fait aussi partie de nos boycotts après H&M

Alors aujourd’hui, on se prend à rêver, et ce n’est pas du luxe, en cette période déglinguée. On se prend à évoquer des « et si… » en imaginant un mouvement populaire, citoyen, spontané, faisant converger les luttes sociales, politiques, économiques et environnementales, qui ne sont qu’une seule et même cause, celle de notre avenir, et qu’une seule et même cibles, les multinationales, aidées sans scrupule par nos pouvoirs publics.

De fait, au-delà de nos différences d’approche et de nos préoccupations premières, nous faisons tous face à la même problématique majeure : l’incapacité de nos dirigeants à entendre la voix de leurs citoyens, et à prendre leurs responsabilités vis-à-vis des générations futures. Nous ne pouvons être les seuls à faire des efforts, à respecter les lois, et à payer nos impôts, quand les élus et les grands groupes ne se voient pas imposer les mêmes efforts, les mêmes lois, les mêmes impôts.

Conscients des enjeux, mais imperturbables dans leur recherche du profit maximal, les grands groupes continuent à refuser toute forme de régulation contraignante dans le domaine climatique. Face à une urgence climatique sans précédent pour la survie des générations futures, nous vivons un déni sociétal phénoménal : dans un contexte où la sobriété devrait être fortement encouragée, les multinationales, insuffisamment pénalisées par l’Europe, prônent une surconsommation aberrante, au détriment de la raréfaction des matières premières, de la préservation de l’environnement, et du respect des droits humains. Et qu’on soit gilet jaune, marche pour le climat ou tout simplement réalistes, nous, citoyens, refusons de porter plus longtemps ce déni sociétal.

Parce qu’il nous faut changer de paradigme au plus vite, chacun à notre manière, nous attendons de nos dirigeants qu’ils prennent leurs responsabilités, non pas en annonçant de nouvelles promesses sur les 20 prochaines années, mais en imposant aux multinationales de prendre en compte les enjeux qui sont les nôtres, dès aujourd’hui, grâce à des mesures simples et efficaces.

Et à la question de nos dirigeants européens : « mais comment financer une transition si rapide, des changements si colossaux ? », nous répondons (question à choix multiples, plusieurs réponses possibles) :
a) En obligeant les entreprises à payer leur juste part d’impôts (quand Apple et Starbucks abusent de dispositifs complexes d’optimisation fiscale pour s’en passer), et en sanctionnant fortement, et proportionnellement à leurs bénéfices réels, les entreprises pratiquant l’évasion fiscale (qui atteint tout de même 100 milliards d’euros dans notre cher pays… Pour info, les vingt plus grandes banques européennes déclarent un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux, soit 25 milliards d’euros pour la seule année 2015).
b) En interdisant aux entreprises européennes de soutenir ou de participer à des projets à impact climatique, environnemental et social négatif ((quand BNP Paribas, par exemple  soutient massivement des industries fossiles extrêmement destructrices pour le climat, avec notamment 174 et 912 millions d’euros de financements à CEZ et RWE depuis 2016)
c) En interdisant les lobbies prônant le développement ou l’utilisation des énergies fossiles
d) En obligeant les entreprises à mettre en place un plan de transition énergétique réaliste et ambitieux avec obligation de publication de résultats
e) En baissant un peu le salaire des députés (le salaire net d’un député s’élève à 5 362,92 euros par mois, sans compter les indemnités et avantages supplémentaires).
Et il y a bien de quoi faire tout l’alphabet.

Alors merci à vous, Gilets Jaunes, de prendre le taureau par les cornes, en secouant un peu Monsanto.

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Extinction Rebellion lance officiellement la rébellion contre l’anéantissement du vivant

Cela devient clair pour beaucoup : les marches pour le climat, les grèves scolaires et étudiantes le vendredi, et la pétition “L’Affaire du siècle” signée par plus de deux millions de personnes ne suffisent pas.

Alors que le Boycott Citoyen séduit de plus en plus de monde de par son caractère à la fois actif et pacifique, Extinction Rebellion a quant à lui fait de la désobéissance civile le coeur de son action, défendant la mise en place d’actions plus radicales mais non-violentes, comme des blocages. « Quand l’Etat abandonne délibérément sa responsabilité de protéger ses citoyen·ne·s, il rompt lui-même le contrat social. La révolte devient alors notre droit le plus sacré, et notre devoir le plus indispensable », proclame la déclaration de «rébellion contre l’anéantissement du vivant» qui a été lue à la tribune. « Il y a urgence, notre survie sur Terre est menacée », annonce la déclaration. « Nous ne sommes pas dupes des discours qui visent à nous rendre tous également coupables de la catastrophe. Dans ce monde 70% des gaz à effet de serre émanent de 100 entreprises », dit le texte, qui poursuit: « Nous n’avons plus confiance en la capacité ni la volonté de ce gouvernement ou d’un autre de prendre, sans une forte pression populaire, les mesures que la situation rend nécessaires ».

Environ un demi-millier de personnes sont venues dimanche à Paris participer au lancement en France d’«Extinction Rebellion». Un premier « die-in » (une opération militante consistant à s’allonger sur le sol) a eu lieu place de la Bourse mais aussi au Muséum d’histoire naturelle, ce dimanche, « en mémoire de toutes les espèces disparues ». La « déclaration de rébellion » doit ainsi marquer le début, en France, d’une série d’événements pour alerter sur l’urgence climatique et la disparition du vivant.

Extinction Rebellion France porte quatre principales revendications : la reconnaissance de la gravité et de l’urgence des crises écologiques actuelles, la réduction immédiate des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone en 2025, l’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres, et la création d’une assemblée citoyenne chargée de décider des mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs et garante d’une transition juste et équitable.

« La peur appelle le courage. Et c’est ensemble, dans l’action, que viendra l’espoir. »

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Marcher, et après ? Le boycott, plébiscité par les Français

Samedi 16 mars, 350 000 personnes ont manifesté en France pour lutter contre le changement climatique, dont près de 100 000 à Paris selon les organisateurs – 36 000 selon la préfecture de police. Ces citoyens « plus chauds que le climat » ont une fois de plus exhorté les dirigeants à l’action, avec un mouvement qui peut désormais se prévaloir d’une nouvelle force : la jeunesse, alors que la grève scolaire pour le climat a rassemblé 168 000 étudiants et lycéens dans le pays vendredi, et plus de 1 million dans le monde.

« On a besoin d’un changement radical de société. Huit Français sur dix demandent qu’on taxe beaucoup plus lourdement les entreprises les plus polluantes. On est de plus en plus nombreux à être prêts », assurait le réalisateur et écrivain Cyril Dion lors de la marche de samedi.

Aucun doute, un cap a été franchi dans la mobilisation. Et alors que le mouvement s’enracine, pour beaucoup, il n’est plus temps de débattre mais d’agir.

C’est en tout cas ce qui ressort des sondages réalisés par les différents groupes organisateurs de la Marche du Siècle : après les mobilisations du week-end dernier, le boycott arrive en tête des actions souhaitées par les Français pour faire pression sur le gouvernement et les grandes entreprises pollueuses.

Alors que Il est encore Temps, Greenpeace, Les Amis de la Terre, ANV COP21 et Action Climat prévoient une grande action de désobéissance civile non-violente le 19 avril, « Ensemble, bloquons la République des pollueurs ! », les Français ont un message à faire passer : les citoyens sont aussi des consommateurs qui ont le choix des armes pour se faire entendre de façon pacifique face à l’inaction de leurs dirigeants.

C’est la raison pour laquelle le Boycott Citoyen organise, en soutien de cette nouvelle action, une grève de la consommation du 19 au 22 avril. Dans un contexte où les journées Zéro Conso du week-end dernier ont mobilisé plusieurs centaines de milliers de participants, et fait l’objet d’une couverture médiatique intense, à l’heure où les appels à la désobéissance civile se multiplient, les citoyens semblent prêts à passer à l’action.

Cette nouvelle appétence pour le boycott renvoit à un phénomène plus global de “consommation engagée” par des citoyens exprimant leur opinion via leurs achats. Ce mode de consommation qualifié également de “shopping volontariste” est de plus en plus plébiscité par les Français. Selon une étude de 2016 menée par Harris Interactive, près de 53% des Français se définissent aujourd’hui comme des “citoyens engagés” et souhaitent s’engager dans des actions à l’échelle individuelle (86% pour la consommation responsable).  Et selon un récent sondage GoudLink pour Denjean & Associés, 97 % des Français se disent prêts à boycotter les produits ou services d’entreprises ayant des pratiques sociales ou environnementales destructrices.

Prêts à passer à a vitesse supérieure pour montrer à nos dirigeants que nous refusons de nourrir un système mortifère par nos actes d’achat ? Rejoignez le mouvement, et inscrivez-vous sur l’événement Facebook pour que l’on puisse plus facilement se comptabiliser ! 

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

Ils ne respectent rien ? Qu’ils ne comptent plus sur nous

Nous sommes en 2019, tous les voyants du climat sont au rouge, on nous regarde de travers si on ne trie pas nos pots de yaourts, les pouvoirs publics ponctionnent nos impôts à la source et nous annoncent qu’ils n’ont pas les moyens de financer une transition énergétique digne de ce nom, et dans le même temps, les grands groupes s’octroient la permission de jouer avec la fiscalité pour ne pas respecter les mêmes règles du jeu que nous…

Alors qu’il ne ne nous reste peut-être plus que deux ans pour gérer l’effet boomerang de nos désastreuses erreurs humaines, c’est peut-être notre dernier tour de passe-passe, la dernière carte qu’on ait en main. Le tapis. Le boycott. Nous, boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes, avons décidé de passer à l’action pour rappeler aux entreprises irresponsables qu’elles ont besoin de nous, leurs consommateurs, pour survivre. Parce que nous sommes sidérés par l’immobilisme du politique, par la course folle d’un système défaillant, et que nous refusons de rester spectateurs.

Nous n’achèterons plus de Coca-Cola parce que la firme produit plus de 100 milliards de bouteilles en plastique chaque année au lieu de (re)mettre en place un système de consigne moins pensant pour la planète

Nous n’achèterons plus de produits Nestlé parce que, pour son président, « l’eau est une denrée alimentaire comme les autres et doit avoir une valeur marchande », dans notre monde où 2,4 milliards d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable. D’ailleurs, en ce moment et ici même, la nappe phréatique de Vittel est en train d’être asséchée par la firme.

Nous allons confier notre argent à une autre que BNP Paribas, parce que, comme le rappelle une enquête des Amis de la Terre, la banque continue d’accorder son soutien aux entreprises les plus agressives dans le développement du charbon, et cela même en Europe. Depuis la COP21, BNP Paribas a ainsi financé à hauteur de près de 600 millions de dollars les entreprises qui développent des centrales à charbon sur le vieux continent.

Nous allons nous passer d’Amazon, qui préfère passer son temps à réfléchir aux techniques d’optimisations fiscales qui lui permettent de payer le moins d’impôts possible, plutôt que rémunérer ses salariés au juste prix.

Nous n’irons plus au McDonald’s, épinglé par l’association Zero Waste France pour son modèle du tout jetable : 2,8 tonnes d’emballages jetables sont utilisés chaque minute dans le monde, 1 kilogramme par seconde rien qu’en France. 80 millions de boîtes Happy Meal sont vendues chaque année dans l’Hexagone. Et seulement un quart des déchets produits dans les Mc Do français sont recyclés.

Nous ne consommerons plus de produits Unilever, qui se fournit en huile de palme auprès de Wilmar, responsable de la destruction des forêts tropicales et de l’accaparement des terres de communautés locales. Dès lors, le groupe contribue à la disparition de nombreuses espèces à l’image des Orangs-outans (il n’y en a presque plus : 150.000 d’entre eux ont disparu en 6 ans avec notre passion pour l’huile de palme), à l’utilisation de produits hautement toxiques et à des conditions de travail dans les plantations souvent déplorables. (si vous préférez l’explication en vidéo, c’est par ici).

Nous n’achèterons plus chez H&M, qui n’hésite pas à brûler ses invendus (12 tonnes chaque année tout de même, pour une valeur totale de 4 milliards de dollars), gaspillant sans vergogne les ressources de la planète.

Nous n’irons plus chez Starbucks, qui n’a toujours pas trouvé comment changer la fabrication de ses gobelets, parce qu’il préfère réfléchir aux circuits complexes qui lui permettront d’échapper à l’impôt, et fait tout pour dégrader sa rentabilité en France et bénéficier ainsi des faveurs de la loi française.

Et la bonne nouvelle, c’est que ce ne sera même pas difficile : les alternatives responsables existent, et notre pouvoir immense… Allez, ciao.

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !

 

Gilets jaunes, brassards verts : la convergence des luttes pour le pouvoir du peuple

« Le Printemps arrive, les fleurs vont éclore », a promis Maxime Nicolle, l’un des représentants des Gilets Jaunes, lors de l’un de ses directs sur Facebook. Effectivement, à la veille du printemps climatique, c’est la question que certains se posent : les luttes sociales et environnementales vont-elles enfin converger ? Et c’est aujourd’hui le pari de différentes ONG et organisations syndicales qui ont signé ce mercredi une tribune intitulée « Pour un printemps climatique et social ». Parmi les signataires ATTAC, Oxfam et la CG.

Les Gilets Jaunes sont par définition un mouvement du peuple, dispersé, spontané, non hiérarchisé, non organisé. Dès lors, leurs actions touchent un peu à tout, condamnent, revendiquent et protestent, aussi largement qu’ils en ont ras-le-bol.

Jaune-vert : les prémices

Voilà quelques temps que l’on commence à deviner le formidable impact qu’une convergence des luttes pourrait apporter.
En décembre, les Gilets Jaunes prenaient position devant l’usine Monsanto de Trèbes, dans l’Aude, bloquant l’accès à l’usine du géant des pesticides et empêchant les camions d’entrer et de sortir du site. Une décision à saluer : Monsanto, c’est tout de même le géant de l’agro-alimentaire qui a réussi la prouesse de cumuler la commercialisation, au fil des années et sans le moindre scrupule, de mille et un poisons pour le vivant dans sa globalité. Un géant qu’on boycotte depuis début octobre.

Quelques jours plus tard, les Gilets Jaunes enfonçaient le clou avec une nouvelle action coup de poing à Toulouse, en bloquant les accès de l’agence de livraison du géant du e-commerce Amazon située dans le quartier Bordelongue. Ils réclament que le groupe américain paye ses impôts en France. Et là aussi, on disait bravo : Amazon représente une cible que l’on boycotte depuis début novembre, et qu’on a largement condamné lors du Black Friday.

Deux nouvelles cibles ont rapidement été ajoutée sur la liste noir des Gilets Jaunes : toujours en décembre, des Gilets jaunes se sont associés aux Amis de la Terre et à ANV-COP21 pour cibler la Société Générale. La Société Générale que nous boycottons également : charbon, sables bitumineux, gaz de schiste, forages en Arctique et en eaux profondes, Société Générale est la première banque française à financer les énergies sales… Et puis dans la foulée, les Gilets Jaunes prennent Primark pour cible. Qui fait partie de nos prochains boycotts après H&M

L’alliance jaune-vert s’affirme

« Il faut une nouvelle fiscalité qui taxe les pollueurs et protège les ménages modestes », a estimé Priscillia Ludosky, autre représentante des Gilets Jaunes. Derrière elle, certains d’entre eux devraient s’associer à Youth for Climate, qui prévoit une grève mondiale de la jeunesse pour alerter sur les enjeux climatiques et demander une réponse politique à la hauteur. Réponse des verts ? Les groupes écologistes Alternatiba et ANV COP21 ont appelé à se « joindre aux actions des Gilets jaunes ». Pour Pauline Boyer, l’une des représentantes de ce mouvement vert, il ne faut plus opposer la contestation née le 17 novembre à  la lutte pour l’environnement. « Les classes les plus modestes seront les premières victimes du dérèglement climatique », a-t-elle ainsi estimé.

De nombreux appels à la convergence

« Le vrai pouvoir appartient au peuple », disait la jeune Greta Thunberg dans son discours à la COP24.

Cyril Dion disait de même, dans une tribune signée dans Libération en décembre : « Montrons que nous, Français·es, sommes capables de nous lever en masse pour des intérêts plus grands que nous. Les révolutionnaires de 1789 se sont enflammé·es pour le prix du pain, pour que cesse la famine, pour que les inégalités diminuent. Mais ils·elles ne se sont pas arrêté·es là. Ils·elles ont créé les droits de l’homme et du citoyen. Vous vous êtes dressé·e pour l’essence, pour les taxes, créons ensemble une société où la survie de tou·tes est plus important que les profits de quelques un·es. ».

Quant aux membres de Extinction Rebellion, voilà des mois qu’ils agissent au Royaume-Uni, revendiquant une nouvelle façon de lutter pour la protection de la planète, face à l’inaction criminelle des Etats face au changement climatique

La fin d’un système ?

Serait-ce donc enfin le moment rêvé de faire converger les luttes sociales et environnementales, et les différents mouvements de contestation qui grondent depuis des mois, en France, en Europe et dans le monde ? Ne serait-ce pas l’occasion que beaucoup d’entre nous attendaient en silence, persuadés que nous ne pourrons nous sauver nous-mêmes dans un système qui prévilégie les 1% les plus riches au détriment des 99% les plus pauvres ? Aujourd’hui, 26 personnes détiennent autant que la moitié de l’humanité. Ne serait-ce pas le moment de faire entendre que nous sommes 3 milliards à vouloir un avenir pour notre planète ?

Aujourd’hui, on se prend à rêver, et ce n’est pas du luxe, en cette période déglinguée. Nous savons qu’un changement de paradigme est nécessaire. Nous savons que justice sociale et justice environnementale se rejoignent sur bien des points, et qu’elles ne peuvent être atteintes qu’en mettant fin à un système économique et politique injuste et dangereux pour notre planète.
Et on se prend à évoquer des « et si… » en imaginant un mouvement populaire, citoyen, spontané, faisant converger les luttes sociales, politiques, économiques et environnementales, qui ne sont qu’une seule et même cause, celle de notre avenir, et qu’une seule et même cible, les multinationales, aidées sans scrupule par nos pouvoirs publics.

______________________________

Depuis le mois d’octobre, le Boycott Citoyen initie des boycotts au long court de certains produits et groupes (Nestlé, Coca-Cola, MacDo…) mais aussi de pratiques (le plastique à usage unique, les voyages professionnels en avion, la surconsommation lors des fêtes commerciales etc.), ainsi que des articles permettant de mettre en avant les alternatives positives et responsables. Nous organisons régulièrement des journées sans achat pour initier des actions coup de poing et montrer l’impact de consommateurs qui prennent le pouvoir, et tous les autres jours, nous apprenons à consommer autrement !
Chaque jour, sur www.boycottcitoyen.org, retrouvez des articles qui vous aident à éviter les produits irresponsables, et à adopter de nouvelles pratiques respectueuses de l’environnement et de l’homme.
Sur la page Facebook du Boycott citoyen, la communauté des boycotteurs et boycotteuses citoyen.nes échangent leurs idées, astuces et bons plans, donnant du poids au mouvement global… Motivant !

______________________________________

Vous suivez le Boycott Citoyen ? Vous avez initié des changements dans vos modes de consommation grâce aux alternatives proposées ? N’hésitez pas à soutenir nos actions sur Tipeee !